Stanley William HAYTER (1901-1988)

Stanley William Hayter, l'envol ,  signée  et datée 67 en bas à droite, titrée au centre, numérotée 11/150 en bas à gauche.   76 x 56 cm.
Stanley William Hayter, l'Envol, Lithographie, signée et datée 67 en bas à droite, titrée au centre, numérotée 11/150 en bas à gauche. 76 x 56 cm.

Stanley William HAYTER

est né à Londres en 1901. Il fait ses premières peintures à l'âge de 12 ans. Hayter fait des études de chimie et de géologie ; entre 1922 et 1925, il travaille comme chimiste pour une société Anglo Iranienne de Pétrole, il peint régulièrement des portraits de ses collègues de travail. Hayter décide de devenir peintre en 1926 et part s'installer à Paris. Là, il passe trois mois à l'Académie Julian et réalise ses premières gravures, pointes sèches et eaux-fortes. L'année suivante en 1927, il installe un atelier de gravures chez lui, dans son appartement. En 1933, Hayter déménage son atelier au n°17 de la rue Campagne-Première, d'où le nom ATELIER 17. Hayter expose avec le groupe des surréalistes de Paris. Londres accueille une exposition de l'Atelier 17 en 1934.

Hayter quitte Paris pour Londres puis les Etats Unis en 1939, beaucoup de ses oeuvres seront abandonnées dans son atelier, puis perdues, lors de son départ pour Londres. En 1940, Hayter donne des cours à la New School for Social Research à New-York, en 1943, il est nommé Directeur des Cours de gravures au Philadelphia print Club. L'année suivante représente un tournant important pour la renommée de l'Atelier 17 avec une exposition au Museum of Modern Art de New-York. Jusqu'en 1950 Hayter donne des cours de gravure et de dessin aux Etats-Unis.

En 1950, Hayter rentre définitivement à Paris et ouvre à nouveau l'Atelier 17 rue de Vaugirard. Les plus grands artistes viennent y réaliser des gravures (Vieira da Silva, Miro, Picasso, Ernst, Giacometti, Alechinsky, Masson etc.). En 1951, Hayter obtient la Légion d'honneur. Il représente l'Angleterre à la Biennale de Venise en 1958, il obtient en 1960 le grand prix international de la Biennale de gravures à Tokyo.

Les expositions se multiplient alors, à Londres et aux Etats-Unis principalement ; les distinctions aussi : Grand Prix des Arts de la ville de Paris en 1972, élu membre de l'Académie des Arts et des Sciences de l'Université de Minesota, Membre honoraire de la Royal Academy, commandeur des Arts et des Lettres en 1968. Hayter meurt en 1988, cette même année, le British Museum acquiert la totalité de son oeuvre graphique.

Hayter a imaginé et développé une technique de gravure (technique Hayter) qui permet d'obtenir plusieurs couleurs sur une même plaque de cuivre en un seul passage. La plaque doit posséder trois niveaux. Les encres doivent avoir des niveaux de viscosité différents. On rend l'encre moins visqueuse, donc plus liquide en lui ajoutant de l'huile de lin. La méthode repose ensuite sur le principe répulsif des encres moins visqueuses sur les plus visqueuses, un peu comme en lithographie. 

On peut décomposer l’œuvre gravé de Hayter en 4 grandes périodes : (rappelons que sa première gravure date de 1926). Dans cette première période, Hayter créée des gravures en noir, figuratives jusque dans le début des années 30 avec notamment l’ouvrage Ombres portées de 1932. A partir de cette année, ses gravures deviennent plus abstraites. Nombre des ces estampes produites entre 1926 et 1940 sont tirées à seulement quelques exemplaires, les tirages prévus n’ont en tout presque jamais été menés à terme.

Maternité est la première gravure en couleur de Hayter et définit le début de seconde période qui va durer jusqu’en 1957 – 1958. C’est pendant ces années que Hayter a produit ses plus importantes gravures en couleurs (il n’abandonne cependant pas la gravure en noir comme le montrent Mirror de 1941, ou encore Tropique du cancer de 1949, sur le plus grand cuivre jamais utilisé par l’artiste.

On trouve donc dans ces années les plus belles gravures de Hayter, la plupart en couleurs. Citons cinq personnages de 1946, « unstable woman » de la même année, Falling figure et « Cérès » de 1947, La danse du soleil de 1951, la sublime gravure de 1953 Night and day, famille japonaise de 1955, la noyée de cette même année, ou encore l’étonnante « femme accroupie » de 1956, gravure tirée seulement à quelques exemplaires.

De 1957 à 1967, Hayter va produire une série de gravures sur le thème de la mer. Cette période commence avec  Poisson rouge et se termine avec la gravure de 1967 « Equinoxe ». Parmi les planches emblématiques de cette période, citons « La raie », « Sirène », l’incroyable vague de 1958, avec plusieurs essais de couleurs dans le même tirage, comme beaucoup de gravures de cette période ou de la période précédente, poissons volants et Confluence, ou l’énigmatique Dérive de 1964.

La dernière période de Hayter nous offre des œuvres plus colorées, l’artiste y maitrise totalement la technique de la gravure, ce sont pour la plupart des gravures réalisées à base de découpages parmi lesquelles « Caragh » de 1972, « lake » de 1973,Styx, ou le sublime « Clairevoie » de 1974. Cette période culmine avec Fastnet, la plus importante gravure de cette dernière période et probablement une des plus belle de tout l’œuvre gravé de l’artiste.

Hayter a également illustré plusieurs ouvrages : Still de Beckett avec 3 gravures originales, "facile proie" d'Eluard avec 8 gravures au burin, "poèmes d'amour" d'Eluard illustré de 9 gravures à l'eau forte et 3 lithographies, ou encore Ombres portées de Georges Hugnet en 1932, ouvrage qui comporte 5 gravures originales.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.