Norman BLUHM (1921-1999)

Norman Bluhm est né le 28 mars 1921 à Chicago, Illinois. Son père Henry Bluhm était d'ascendance juive polonaise de Bialystok, en Pologne. Il a étudié sous Mies van der Rohe à  the then Armour  Institute of Technology.

Après avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale avec l'USAAF, il reprend ses études d'architecture jusqu'en 1948.

Il étudie l'art à l'Accademia di Belle Arti di Firenze, Florence, Italie puis de 

de 1948 à 1956, il vit à Paris et  étudie  à l'Ecole des Beaux Arts . Il avait de nombreux amis dans l'art, la littérature et d'autres domaines créatifs.

Parmi ses proches figuraient Joan Mitchell, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle, Zao Wou-ki et d'autres.

Il a été marié à Claude Souvrain jusqu'en 1956.

Il est retourné aux États-Unis en 1956,  Il  épouse Carolyn Ogle en 1961 et  vécurent à New York jusqu'en 1969 avec leurs deux enfants, David et Nina.

 

Le travail de Bluhm a été salué par la critique et ses œuvres font partie des collections de nombreux grands musées.

Sa carrière est marquée par des changements stylistiques notables alors qu'il se met continuellement au défi d'atteindre de nouveaux domaines de réalisations artistiques basés sur sa profonde connaissance de l'art et de l'histoire de l'art, l'utilisation de la figure humaine, de la couleur et une passion pour la vie.

Bien que son style ait radicalement changé au fil du temps, il est resté profondément intéressé par l'abstraction gestuelle et la philosophie de l'expressionnisme abstrait. Parmi ses œuvres les plus remarquables figurent une série de peintures de poèmes réalisées avec son cher ami le poète Frank O'Hara. Peu de temps avant la mort de Bluhm, en 1999, le rédacteur en chef d'Art in America, Raphael Rubinstein, avait prédit que les œuvres réalisées par Bluhm dans les années 1980 et 1990 à la fin de sa carrière seraient aussi importantes pour le 21e siècle que la production ultérieure de Cézanne l'était pour le 20e.

 

 

La succession de Norman Bluhm, en partenariat avec Edizioni Mazotta, Milan, a publié une monographie en 2000 sur Norman Bluhm avec des essais de James Harithas, Raphael Rubinstein et Luigi Sansone.[4]

 

En 2007, le Station Museum of Contemporary Art de Houston, au Texas, a organisé une grande exposition sous le titre « The Late Paintings of Norman Bluhm ».

 

 

En 2015, Christie's New York a organisé "Norman Bluhm: Divine Proportion", montrant des œuvres des années 1960, 70 et 80. Le catalogue de l'exposition reproduit l'introduction de James Harithas à l'exposition de Bluhm de 1973 au musée Everson ainsi qu'une interview de 1987 de l'artiste menée par William Salzillo.[5]

 

De février à mai 2020, une rétrospective de son travail, "Norman Bluhm: Metamorphosis" s'est tenue au Newark Museum, avec un catalogue qui a publié des essais sur son travail ainsi qu'un entretien réalisé avec l'artiste par Paul Cummings en 1969. L'exposition a été organisée par Tricia Laughlin Bloom, conservatrice du Newark Museum of Art pour l'art américain, et invitée par Jay Grimm, un ami proche de Bluhm.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.