Charles-Georges DUFRESNE 1876-1938

Charles Dufresne est issu d'une famille de marins et pêcheurs de Granville et des îles Chausey. Il abandonne sa scolarité en 1887 et fait un apprentissage chez un graveur. Il reçoit une formation académique à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de gravure en médailles d'Hubert Ponscarme, puis devient l'assistant du médailleur et sculpteur Alexandre Charpentier.

Plus attiré par la peinture, il se met à peindre au pastel des scènes parisiennes de café-concert, de cirques et de guinguette un peu dans l'esprit de Toulouse-Lautrec. Certaines de ces œuvres sont conservées à Paris au musée Carnavalet. Il expose au Salon de la Société nationale des beaux-artsdont il devient sociétaire en 1903, et se lie alors d'amitié avec André Dunoyer de Segonzac, Jean Frélautet Charles Despiau.

Entre 1900 et 1908, il devient très ami avec un jeune graveur américain Herbert Lespinasse qu'il accompagnera en Italie lors d'un long voyage en 1903. Durant ce séjour, ils passeront quelques jours à la villa Médicis à Rome. Durant l'été 1908, il sera invité par Jean Frélaut en Bretagne et rencontrera Henry de Waroquier.

En 1910, il concourt avec un pastel au Prix Abd-el-Tif, qu´il remporte. Il réside alors durant deux années à la villa Abd-el-Tif à Alger, où il commence à abandonner le pastel pour la peinture à l'huile. De retour à Paris en 1912 dans son atelier de l'île Saint-Louis, il peint dans des couleurs luxuriantes des scènes orientales issues de son imagination et de ses souvenirs. Juste avant la Première Guerre mondiale, il est influencé par certaines écoles nouvelles, ses formes se simplifient ses couleurs deviendront plus sombres.

En 1914, Dufresne est mobilisé. Gravement atteint par les gaz, il est transféré à la section camouflage de l'armée avec Charles Despiau, Roger de La Fresnaye et le poète Charles Vildrac sous les ordres de Dunoyer de Segonzac. À cette époque, il excelle dans l'art de scènes de guerre cubistes.

Entre 1918 et 1921, il peint beaucoup de portraits, de paysages de Normandie et des natures mortes. En 1921, Jacques Rouché, directeur de l'Opéra de Paris, lui commande les décors du ballet Antar. En 1923, il est l'un des cofondateurs du Salon des Tuileries.

C'est entre 1921 et 1923 que ses amis Louis Süe et André Mare , créateurs de la Compagnie des arts français, lui commandent des cartons de tapisseries sur le thème de « Paul et Virginie ». Destiné à recouvrir des sièges d'un mobilier de salon, le tissage est fastidieux et coûteux, tant ses compositions révolutionnent la tapisserie traditionnelle. Le collectionneur Charles Pacquement tombera sous le charme du canapé et commandera la réalisation complète de l'ensemble qui sera présenté à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925, où il remporte un vif succès.

Il enseigne à l'Académie scandinave à des peintres comme Maria Elena Vieira da Silva ou Jacques Despierre.

À partir de 1930, ses couleurs deviennent définitivement chatoyantes et il peint alors des scènes religieuses, mythologiques, de chasses aux fauves, ou encore de plage.

En 1936, Guillaume Janneau, directeur du Mobilier national, le charge de composer des cartons de tapisserie pour un mobilier de Rollin sur le thème de La Plage ou les Plaisirs de l'été. Ce canapé est aujourd'hui déposé au Conseil constitutionnel.

La même année, afin de préparer l'exposition universelle de 1937, il est chargé de la décoration de deux panneaux dans le grand foyer du palais de Chaillot, et réalise également deux paravents sur le thème des amazones intégrés dans « une ambassade française » de Louis Sue, sur le stand du pavillon des artistes décorateurs1. Pour sa dernière commande de l'État en 1938, il peint cinq grandes peintures murales 2 pour l'amphithéâtre de la faculté de pharmacie de Paris qu'il termine juste avant de mourir à La Seyne-sur-Mer.

La Biennale de Venise lui rend hommage en 1938 en lui consacrant une salle entière.

charles-Georges Dufresne, gouache sur papier, annotée au dos serie n°7, gouache on paper signed
charles-Georges Dufresne, gouache sur papier, annotée au dos serie n°7/ gouache on paper signed

He came from a family of sailors and fishermen that originated in Granville. He left school to study engraving, then went to Paris, where he enrolled at the École nationale supérieure des Beaux-Artsand found a position in the workshops of Hubert Ponscarme (fr). Later, he became an assistant to the sculptor and medalist, Alexandre Charpentier.

He was more attracted to painting, however, and began making pastels at Café-chantants and circuses and guinguettes, in the manner of Toulouse-Lautrec. His first exhibition came at the Salon of the Société Nationale des Beaux-Arts in 1903. Following that, he and his close friend, the American engraver Herbert Lespinasse (1884-1972), went on an extended trip to Italy and stayed at the Villa Médicis. In 1908, he spent some working in Brittany at the invitation of Jean Frélaut (fr).

In 1910, he was one of the winners of the Abd-el-Tif prize and spent two years at the Villa Abd-el-Tif in Algiers, where he turned from pastels to oil painting. After returning, he opened a studio and produced numerous Orientalist works.

He was mobilized at the beginning of World War I. After being gassed, he watransferred to the Section de Camouflage, under the command of an old acquaintance, the painter André Dunoyer de Segonzac. During this time, he managed to paint some Cubist scenes of the war.

In 1921, Jacques Rouché, Director of the Opéra de Paris, commissioned him to design sets for Antar, a ballet by Henri Caïn with music by Gabriel Dupont. Two years later, he was one of the founders of the Salon des Tuileries. Between 1921 and 1923, on a commission from Louis Süe and André Mare(whom he had met while in the camouflage section), he created tapestry designs on the theme of Paul et Virginie, for use as Art Deco furniture coverings. The completed ensemble, using new weaving techniques, was presented at the International Exhibition of Modern Decorative and Industrial Arts in 1925.

In the late 1920s, he became a teacher at the "Académie scandinave (fr)", an art school established with Scandinavian patronage that operated from 1919 to 1935. In 1936, he created more tapestry designs for the Mobilier National. That same year, he painted decorations in the foyer of the Palais de Chaillot. His last commission, completed just before his death, involved five large murals for the "Faculté de pharmacie de Paris (fr)", a division of Paris Descartes University. A major retrospective of his work was presented at the Venice Biennale shortly after his death.

informations et prix : nous consulter

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.